top of page

Trophée d'honneur


Pascal TEITE, Ancien sous-officier militaire, administrateur  de la complémentaire  Santé Unéo

Il y a parfois des hommes au passé héroïque mais qui n’en parlent jamais, préférant se focaliser constamment sur leur prochain en offrant le sourire, l’écoute, la bienveillance et des ondes positives à tous ceux qui les côtoient.


Pascal Teite fait partie de ces hommes rares, qui après avoir côtoyé les atrocités de la guerre durant leur carrière militaire, consacrent le restant de leur vie à propager l’amour et la paix, comme s’ils cherchaient à gommer cette sombre facette du monde dont ils étaient témoins aux premières loges.


Au fond de chaque personne il y a une pépite, à nous de la découvrir !

C’est l’une des premières convictions de Pascal Teite.


C’est aussi la première image que l’on retient de lui dès lors qu’il se dévoile en partageant des souvenirs de guerre, vécus 38 ans durant, dont il se rappelle comme si c’était hier.


« J’ai encore l’image de cet homme très âgé et à la santé fragile, au Rwanda – nous confie-t-il. Pour survivre, cet homme avait proposé de faire des petits travaux pour notre unité.

Contre quelques pièces, il repassait mon linge avec un fer métallique.

À ma stupeur, il parvenait toujours à me donner des habits au repassage parfait comme si l’on venait d’enlever une chemise Lacoste de son plastique.

Malgré sa santé fragile et la misère dans laquelle il vivait, lorsqu’il me tendait mon linge, son regard était toujours souriant, luisant et profond.

Ses yeux ne communiquaient que de la joie et de la bienveillance alors qu’il vivait dans un monde qui semblait s’écrouler autour de lui. »


Après un cursus réussi comme sous-officier de l'armée de Terre, Pascal Teite a choisi les parachutistes dans les Troupes de la Marine - armée créée par Richelieu pour occuper les territoires lointains - avec comme spécialité les Transmissions.


Il a connu 12 mutations en métropole et outre-mer, à Nouméa et La Réunion, et a effectué plus de 30 opérations extérieures en ex-Yougoslavie dans les télécommunications et la protection rapprochée.


Ce qui lui a permis de côtoyer des présidents, des ministres et des représentants des hautes autorités civiles et militaires, françaises et étrangères.


Son travail consistait à établir des liaisons-radio confidentielles complexes, en tous points du globe.


Après une solide formation technique et humaine, en tant que chef sur le terrain et à l’État-Major, Pascal Teite a également servi dans des unités particulières des forces spéciales au service de la DGSE, la Direction Générale de la Sécurité Extérieure.


Même dans les situations les plus atroces, Pascal Teite a appris à se focaliser sur la moindre lueur positive.


C’est ce qui lui a permis de survivre aux barbaries de la guerre tout en pensant à son épouse et à ses enfants qui, pour lui, ont été de tous les instants son essence de motivation.


« J'ai évacué une famille Bosniaque hagarde, dont la maison venait d'être incendiée par des Croates qui, pourtant, les connaissaient depuis plusieurs générations.

Sans notre intervention, les membres de cette famille auraient été exécutés comme des chiens. Pour me remercier, une petite fille blonde me donna une petite boîte blanche et un petit chien jaune en plastique.

Je conserve encore aujourd'hui ce geste de remerciement qui m'a profondément bouleversé. ».


Pour Pascal Teite, « la méchanceté humaine n'a de limite que son imagination ».


C’est un miraculé ! On se demande comment il a réussi à traverser plus de 30 ans de champs minés pour avoir la possibilité de communiquer sur ses mémoires de sous-officier.

Dans les Balkans, plusieurs atrocités furent commises.

Des snipers blessaient des civils pour ensuite abattre ceux qui venaient en aide aux blessés.


Un jour, à Sarajevo, Pascal Teite a escorté un haut gradé de l’armée en conduisant un véhicule simple alors que le haut fonctionnaire était dans un véhicule blindé.

À son arrivée, ses collègues étaient stupéfaits !

Les deux véhicules venaient de traverser « Sniper Avenue ».

Pascal Teite ne le savait pas.


Aujourd’hui, administrateur bénévole de la complémentaire santé Unéo, dédiée aux familles des militaires, Pascal Teite aimerait que le monde retienne une autre image des soldats et des officiers.


Pour lui, « Chaque militaire est un ambassadeur de la paix par son travail, son comportement 24/24 et son humanité vis-à-vis de la population locale.

Tous ceux qui ne respectent pas ces valeurs ne sont pas de vrais militaires ».


Fait étonnant, c’est à son humilité débordante que l’on mesure toute l’atrocité du monde côtoyée par cet homme hors du commun.

Comments


bottom of page