H4D

La solution de télémédecine clinique pour nos territoires !


Dr. Franck Bodino, Fondateur d'H4D
Dr. Franck Bodino, Fondateur d'H4D

Je suis médecin de formation, j’ai travaillé une dizaine d'années dans ce que l'on a coutume d'appeler les déserts médicaux. J’ai notamment été médecin dans les Alpes-de-Haute-Provence où je me suis retrouvé confronté à aller voir au même moment deux ou trois patients. Continuer d’exercer dans ces conditions était devenu impossible, que ce soit pour moi ou pour les patients. J’ai donc réfléchi au meilleur moyen de pouvoir assurer une consultation médicale. Étant basé dans un petit village de montagne, je voulais aussi me faire épauler par mes confrères présents dans la vallée. Mais c’est également en exerçant à l'étranger, soit dans des territoires très étendus, soit avec un vrai déficit de médecin, que j’ai pu réellement identifier cette problématique d’accès aux soins.


De fil en aiguille, je me suis demandé de quoi j'aurais besoin pour pouvoir réaliser une véritable consultation médicale à distance. Il y avait trois critères :

  • Le premier était l'exactitude du mesurage. Étant donné que ce ne serait pas moi qui prendrai la tension du patient, il fallait s’assurer que la technologie permette une prise de mesure parfaite.

  • Le deuxième critère fondamental était de conserver le colloque singulier entre le patient et le médecin, c'est-à-dire la confidentialité des échanges, d'où une cabine.

  • Et le troisième point, était d’avoir un système fixe, facilement identifiable pour les patients.

Voilà la genèse du projet et de l'idée. Et à ce jour, nous sommes les seuls en Europe à être classifié dispositif médical de classe 2, c'est-à-dire que capteurs, cabine et logiciel sont certifiés. Nous avons déposé 28 brevets sur ces cabinets médicaux connectés, que l'on appelle ConsultStation®.


Comment H4D s'engage auprès des territoires ?

En premier lieu, c'est dans notre ADN. Comme je vous l'ai dit, j'ai travaillé dans des déserts médicaux et tout ce projet a été bâti au service des territoires. Ce qui me paraît le plus important après la technologie ce qui fait vraiment notre identité, c'est que nous faisons de la télémédecine clinique. Il ne s’agit pas simplement de poser une cabine mais de s’inscrire pleinement dans un projet de soins territorial, ce que nous faisons. Cela signifie qu'avant de mettre une cabine ou une autre solution, nous allons prendre attache avec les acteurs du terrain comme les responsables politiques, les responsables médicaux, les agences régionales de santé, pour construire ensemble un projet médical d'accès aux soins.

Ensuite, nous réfléchissons ensemble pour déterminer le meilleur emplacement et assurer la coordination des soins du territoire. Par exemple, nous travaillons avec des critères d'inclusion, mais aussi d'exclusion : installer une cabine dans un territoire n’a rien à voir avec l’installation d’une cabine dans une pharmacie ou dans une entreprise. Dans les territoires, nous avons des patients lambdas, avec un système de prise de rendez-vous, c’est fondamental, pour éviter que des pathologies particulières, comme un infarctus, se présentent et qu'il y ait ce qu'on appelle une perte de chance pour le patient. Ce système de régulation en amont permet la meilleure orientation des patients : il faut s'assurer de savoir tout de suite où les orienter. Ce n'est pas juste de la consultation, c'est aussi de la pré-consultation et de la post-consultation.


Quand je parle de télémédecine clinique, cela signifie que 95% de notre activité est de la médecine, et pas simplement du renouvellement d'ordonnance, quand bien même, c’est important. Pour être capable de prendre en charge des patients complexes avec des problèmes pulmonaires, cardiaques, respiratoires, digestifs, il ne s'agit pas uniquement d'utiliser des capteurs dans une cabine. Il s’agit aussi de former des médecins à être prêt à faire une consultation médicale à distance. Ils ne sont pas uniquement formés à l'usage des instruments, ou à l'usage du logiciel, ils sont aussi formés à la télémédecine clinique. Ils apprennent à examiner un ventre ou une épaule à distance. Et ça, c'est 9 ans de travail.


Revenons sur l'échange tripartite Collectivité - Médecin – H4D. Au-delà de la distance, de la télémédecine, du numérique, qui peuvent faire peur quand on parle de santé, il me semble que l'humain est un aspect primordial de votre démarche.

Cet échange est fondamental et crucial. La télémédecine, c'est de la médecine, il n'y a pas de téléconsultation sans médecin. L'humain est au cœur de notre dispositif. J'ai l'habitude de dire que, aussi belle fût-elle, la technologie ne sert qu'à mettre en lien un patient et un médecin. Ensuite, il faut constituer tout l’environnement à cette consultation. Nous avons donc mis en place toute une série de protocoles qui accompagnent le patient si besoin est. H4D forme des référents, dont le rôle et d’accompagner le patient dans son utilisation de la cabine. Ainsi, même si le patient est en autonomie dans la cabine, il ne reste pas seul et peut être aidé. Si la patiente ou le patient sort et qu'il y a besoin d'un appui médical, il peut se tourner vers nous, et nous continuerons la prise en charge. H4D fait le lien avec des CPTS locales, c'est-à-dire toute organisation de soins locale.


De plus, les médecins qui téléconsultent sont d'abord des médecins du territoire et s'il n'y en a pas suffisamment, nous allons les chercher dans la région et il reste un troisième niveau médical si besoin. Mais avant d'en arriver là, ce qui nous intéresse, ce sont les acteurs de santé du territoire, les associations de patients.


Autre point fondamental, très différenciant par rapport aux autres solutions, aux autres acteurs, notre cabine fonctionne aussi en mode check up : nous mettons en place des programmes de dépistage, de suivi pour les patients ayant des maladies chroniques, et nous travaillons sur des parcours de soins spécifiques. Ainsi, il y a de la technologie bien sûr, mais il y a toujours de l'humain.

Quel est votre rapport avec les décideurs politiques présents dans les territoires ?

Lorsque les mairies ou les collectivités territoriales travaillent avec nous, les patients sont extrêmement satisfaits. Cela signifie que nos téléconsultations sont des consultations faites en direct du début à la fin, avec un véritable examen clinique et la publication d'une ordonnance à la fin. Nous ne faisons pas que du renouvellement d'ordonnance, mais bien le traitement global d’une consultation médicale.


Par ailleurs, nous avons désormais une gamme qui peut s'adapter à tous les besoins les collectivités, petites ou grandes. Au-delà, nous assurons un service médical continu, mais surtout un travail quotidien avec des équipes dédiées au suivi des patients. Je le répète, nous ne posons pas simplement une machine, nous construisons un projet. Régulièrement, nous faisons le point avec les maires, les élus du département, de la région pour assurer un suivi.


Nous ne considérons pas les élus, les mairies, les collectivités comme des clients, mais comme des partenaires avec qui nous construisons des projets ensemble. Dans ce cadre, nos solutions doivent s’adapter à toutes les collectivités, les petites comme les plus grandes, avec des solutions spécifiques à chacune.