Hyvilo

Hyvilo : La Gestion Augmentée

Michel Goutaudier, Responsable du développement  et  Damien Couval, Co-Fondateur
Michel Goutaudier, Responsable du développement et Damien Couval, Co-Fondateur





Hyvilo répond à l’urgence de l’impact et de la performance des organisations en domptant la complexité et en mettant en œuvre des réponses de gestion de bout en bout jusqu’ici inaccessibles. Hyvilo allie savoir-faire technique et de cybersécurité pour faire dialoguer tous vos actifs et résoudre toutes vos situations de gestion.








Comment et pourquoi a été créé Hyvilo ?

Bien gérer une collectivité locale, une ville, c’est être challengé sur tous les enjeux de la performance : économiques, mais aussi écologiques, servicielles ou de sécurité. L’urgence est aujourd’hui à l’impact, non des discours mais des réalisations, afin de tenir les engagements de développement durable des territoires.

Pour des raisons d’organisation, d’interopérabilité, de culture, et malgré leurs envies et leurs bonnes idées, les collectivités ne parviennent pas à les adresser autant qu’elles le souhaiteraient.

Hyvilo a été créé pour apporter aux organisations complexes, comme les villes et collectivités locales, la réponse à ces enjeux, en leur restituant le pouvoir grâce à la seule plateforme de gestion opérationnelle, et permettant de scénariser et résoudre toute type de situation de gestion sans aucune limite de complexité.

Fondée par des anciens des forces spéciales de l’Armée de l’Air et un ancien élu local, attaché de conseiller général et investisseur en capital-risque, Hyvilo tire profit de leur expérience opérationnelle pour réconcilier le besoin en information et les remontées du terrain, automatiser les procédures et prendre en compte toutes les interactions entres les actifs de l’organisation.


Comment Hyvilo agit concrètement auprès des collectivités locales ?

Hyvilo identifie avec les agents des services les multiples cas d’usages auxquels les collectivités sont confrontées au quotidien comme lors des événements exceptionnels. Alliant son savoir-faire technique et en cybersécurité, Hyvilo est la rupture qui permet de s’interfacer à n’importe quel actif (logiciel, capteur, contrat, DSP, remontées terrains) et d’en faire un tout cohérent afin d’automatiser via son moteur de règle, n’importe quelle réponse de gestion de part en part. La technique disparaît et rend possible une action inédite sur le terrain. et cela de manière transversale pour créer une nouvelle manière de travailler, à la fois soucieuse d’abaisser la charge mentale des agents, de rendre plus fluide et rapide leur travail, et d’agir efficacement.


Étant au cœur du système de gestion, Hyvilo est toujours à jour et devient la source de confiance. L’hyperviseur qui en présente la synthèse agit comme l’interface entre les niveaux micro et macro dans un seul outil. Il permet enfin de développer une gestion proactive des actifs de la collectivité (suivi en temps réel des interventions, des coûts, des consommations énergétiques ou en eau).

Le projet porté par les élus devient structurellement possible et l’action politique, évidente et fluide.


Ce magazine étant destiné aux décideurs publics, avez-vous un message à faire passer ?

Les villes, et les collectivités locales veulent pouvoir concilier développement durable, performance et attractivité.

Créer aujourd’hui les conditions d’une vie locale plus heureuse pour les habitants est le moyen d’y parvenir et de répondre à l’impératif d’impact et de résultat sur l’amélioration des conditions de vie, sur un développement harmonieux de leur territoire.

Les élus et les décideurs publics entendent depuis 15 ans les promesses sur la rupture que la smart city va apporter à leur compréhension et à la gestion de leurs territoires. Celles-ci sont restées vaines et les progrès réalisés relèvent soit du gadget soit sont inaccessibles à l’immense majorité des collectivités. A l’enthousiasme ont succédé la lassitude voire le renoncement.

Comme parallèlement, les enjeux de performance et de lutte contre le réchauffement climatique sont devenus cruciaux, que le calendrier pour agir se resserre, le temps n’est plus au discours mais à l’action.

L’heure est au retour de la cohérence entre le discours politique et l’action de terrain. Les élus ont à présent à leur disposition les outils qui leur permettent d’agir sur l’ensemble de leur organisation et de composer et jouer la symphonie de l’intérêt général, avec tous les instruments de l’orchestre, pas seulement la contrebasse et la harpe.