Réseau Vrac

L’association Réseau Vrac va continuer de guider et d’accompagner les collectivités qui souhaitent soutenir et développer le vrac dans leur territoire


Vous l’avez sûrement remarqué en faisant vos courses : de plus en plus de produits proposés sans emballage sont présents dans vos magasins. Ce mode de distribution sans emballage à usage unique, où l’on choisit sa quantité et l’on se sert dans un contenant réutilisable, c’est le vrac. En France, de nombreuses boutiques spécialisées vrac voient le jour dans des villes de toutes tailles. On compte en 2022 plus de 900 commerces spécialisés vrac, ce qui place notre pays comme pionnier dans ce secteur ! De plus en plus de consommateurs se lancent dans le vrac afin de limiter leurs déchets, mais également pour réduire le gaspillage alimentaire. Le commerce vrac,

fixe ou ambulant, séduit et devient un incontournable des courses du quotidien pour plus d’un tiers des Français. Pâtes, gâteaux, lentilles, sauces, huiles, shampoing ou encore liquide vaisselle, les commerces spécialisés vrac proposent régulièrement jusqu’à 1000 références de produits sans emballage, ce qui permet de couvrir tous les besoins et de satisfaire tous les profils de consommateurs.


Une dynamique commerciale et citoyenne


Le commerce de proximité a toujours fait partie intégrante de la culture française, malheureusement les centres-villes peinent à le maintenir. Agences bancaires et immobilières occupent aujourd’hui une large part des vitrines de nos rues commerçantes, alors qu’en cette période post covid, les français cherchent à (re)créer du lien. Les commerces généralistes de centre-ville répondent à cette attente, ils permettent de dynamiser la vie locale et de replacer l’humain au cœur de nos achats. Ils sont souvent complémentaires d’un marché où l’on y trouvera des produits frais, mais peu de produits d’épicerie ou d’hygiène. Et si ces points de vente permettaient, comme les commerces vrac, d’avoir un faible impact sur la production de déchets d’emballage, cela serait encore mieux. Aider un commerce vrac à s’installer et à perdurer, c’est donc faire battre son cœur de ville, proposer une offre commerçante différenciante et utile et encourager l’entrepreneuriat à impact.


Le vrac, c’est également un outil d’animation citoyenne. C’est engager sa collectivité dans une cause importante : la consommation durable. C’est également embarquer commerçants, consommateurs-citoyens et élus dans un élan collectif. La palette d’outils est large et peu coûteuse pour la collectivité, voire source d’économie. Sensibilisation, collectifs de réflexion, ateliers culinaires et « Do It Yourself », projets et challenges peuvent être mis en place pour agir ensemble sur la réduction des déchets. Un ramassage des déchets qui pèsent souvent lourd en termes de gestion et sur les finances. Un commerce vrac permet d’éviter jusqu’à 1 tonne de déchets ménagers, un chiffre non-négligeable. C’est aussi un moyen de lutter efficacement contre le gaspillage des produits, un autre levier de sensibilisation des citoyens soumis à la baisse de leur pouvoir d’achat. Car nos poubelles ne sont pas pleines que d’emballages. Acheter la juste dose, c’est jeter moins de nourriture. Chaque Français jette 20 kilos de nourriture par an. En France, le gaspillage alimentaire a un coût annuel de 12 à 20 milliards d'euros, soit 100 à 160 euros par personne. Peut-on encore se le permettre ?


Travail avec les régions : l’exemple de Centre-Val de Loire


Afin de répondre aux objectifs des SDRADDET régionaux, Réseau Vrac, l’association interprofessionnelle de la filière vrac en France, a décidé d’accompagner les décideurs publics dans le développement du vrac sur leur territoire. Créée en 2016, l’association compte aujourd’hui plus de 1500 professionnels de la filière. Pour les régions, le vrac apparaît comme une réponse cohérente aux objectifs de réduction des déchets ménager et assimilés (DMA). C’est pourquoi, depuis 2021, Réseau Vrac travaille avec deux régions : la Bourgogne-Franche-Comté (soutenue par l’ADEME) et la Région Sud.


Depuis janvier 2022, l’association a commencé à collaborer avec un nouveau territoire, la région Centre-Val de Loire. À la suite d’une rencontre avec le vice-président de la région en octobre 2021, Réseau Vrac a lancé une Coalition Vrac au sein de la COP régionale Centre-Val de Loire. La Coalition Vrac, c’est un groupe de travail composé de 18 structures (professionnelles, institutionnelles & associatives) basées sur le territoire. Leur objectif ? Trouver des solutions concrètes pour développer, renforcer et soutenir la filière vrac en région. Pour cela, la Coalition Vrac a co-écrit un plan d’actions sur une durée de 3 ans, qui sera soumis à une demande de subvention afin qu’un chargé de mission puisse le mettre en œuvre dès janvier 2023.

Les trois objectifs poursuivis dans le plan d’actions :

  • Les actions doivent toucher tous les publics : tous les acteurs économiques, les associations, les citoyens, les journalistes et les territoires.

  • La sensibilisation et la communication doivent être au cœur du projet.

  • L’association doit travailler main dans la main avec son écosystème économique, associatif et institutionnel.


Agents publics, élus et collectivités basés en région Centre-Val de Loire, vous pourrez bénéficier dès janvier 2023 de ces actions et devenir partie intégrante du partenariat.


Former élus et cadres territoriaux aux opportunités et aux enjeux du vrac


À l’avenir, l’association Réseau Vrac va continuer de guider et d’accompagner les collectivités qui souhaitent soutenir et développer le vrac dans leur territoire, quel que soit leur échelon. « Nous avons mis en place de très belles et ambitieuses conventions avec des régions dont nous observons les impacts positifs directs. En parallèle, pour répondre aux attentes de tous les territoires, nous avons également développé des outils de formation plus simples et plus accessibles, qui permettent de former à la fois les élus, mais aussi les cadres territoriaux, aux opportunités et enjeux de la consommation vrac. » explique Célia Rennesson, directrice générale de Réseau Vrac. L’enjeu de ces formations est de pouvoir sensibiliser les décideurs publics, leur donner les clés pour évaluer l’impact de la mise en place d’une action locale et leur montrer comment animer sur le terrain ce type de politique publique et la valoriser.